Avertir le modérateur

29/12/2006

Le 16 Août à Collioure

Clic sur le triangle vert pour la musique
podcast

medium_Affiche_Novillada.jpg

Clic sur "ACTUALITE TAURINE "
TOROS A COLLIOURE

POUR S'INFORMER SUR LE PROGRAMME DES FETES
DU MOIS D'AOUT  A COLLIOURE



16:15 Publié dans TOROS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toros

Au Mas Christine, le vieux mas Pujol-Cissaboye


medium_Mas_2.jpg
L'INDEPENDANT DU JEUDI 16 SEPTEMBRE 1915
Rubrique Départementale

UN TERRIBLE INCENDIE A ARGELES SUR MER

Mardi matin à la première heure, comme une trainée de poudre, le bruit se répandant dans Argelès qu’un incendie avait éclaté au Mas Cissaboye faisant trois victimes. Le Mas Cissaboye situé à quatre kilomètres de la ville, est flanqué sur un rocher , au milieu d’une forêt de chènes lièges. On l’atteint en gravissant une côte abrupte à travers buissons et bois. De là, un coup d’œil grandiose vous séduit : la mer, la montagne, la plaine s’étendant à l’infini. C’est un lieu de repos et de méditation. C’est  dans ce site merveilleux, captivant et calme que la famille Pujol-Oms vit et a vécu de père en fils. Le père Pujol est mort  il y a cinq ans. La mère, brave et vaillante femme âgée aujourd’hui de 53 ans restait avec 10 enfants. Là ou étaient morts le père et les grands-parents, là vivaient encore ceux qui restaient. Tous, ont donné des satisfactions à la mère par leur amour, leur dévouement, leur désintéressement réciproque. Jamais on ne vit, en effet, famille plus unie. Vient la guerre, la fatale guerre qui prit six enfants, tous solides, tous bien constitués, tous ardents patriotes. Deux sont morts pour la France. L’un est mutilé au service de la patrie un quatrième est à l’hopital de Marseille, un cinquième combat au front. Un sixième réformé N°2 a été repris par la commission de révision. Les locaux de la ferme sont réduits pour loger une famille. La maison est basse (5 mètres environ de hauteur), Trois enfants : 11, 15 et 17 ans avaient l’habitude de coucher au grenier à foin pendant l’été. Leur couche étant constituée de fougères sur un faux plancher. Hier, le frère qui venait de passer son conseil de révision, arrivait à Argelès par le dernier train, et, au Mas à 9 heures du soir. La maisonnée était inquiète du résultat de la visite du frère aîné, elle était debout malgré la fatigue du jour. Vers les dix heures, la mère donna le signal du repas : « allons nous coucher pour mieux travailler demain ». Le lendemain, triste réveil. A 3 heures et demi du matin, la mère est debout pour appeler les enfants. Elle aperçoit de la lumière au grenier. Confiante elle s’approche. Horreur ! Le feu, la toiture, un enfant brûlé appuyé contre le mur de la batisse. Où sont les deux autres petits ! Figée de douleur et d’épouvante, elle ne bouge pas. Pas un cri ne sort de sa bouche. Son fils, sa fille sortent de la cuisine, ils donnent l’alarme à leurs voisins et parents du mas Jordy. Tout recours est inutile, tout est consommé. Lorsque les autorités arrivent, le travail de déblaiement est commencé, mais alors seulement partant de ce principe aussi erroné que stupide, si bien enraciné pourtant dans certaines catégories de gens, qu’il ne faut rien entreprendre, même si l’on peut sauver la vie de quelqu’un avant que la justice n’ait constaté. Trois corps entièrement calcinés sont retirés des décombres. Pas un brin de fougères, pas une poutre, pas un soliveau,  tout a été la proie des flammes….Comment le sinistre drame s’est-il produit ? Les enfants avaient accompli une journée de vendanges, ils avaient encore retardé l’heure du repas pour attendre leur frère aîné. La chandelle renfermée dans une lanterne fixée dans les branches d’une fourche, aurait-elle communiqué le feu en tombant ?.

Peut-être un côté de la lanterne était-il dépourvu de verre ?  Une allumette.Nul ne le saura jamais ? Et maintenant, il est une famille à saluer bien bas. S’il est une mère digne de pitié, inclinons-nous devant celle-ci. Plaignons cette mère qui voit ainsi disparaître ses enfants par la plus cruelle des fatalités, qui reste sans ressources, avec une fillette de 13 ans, seule avec elle jusqu’à la fin de la guerre, dans une ferme isolée, pleurant ses disparus, vivant dans l’anxiété pour ceux qui restent au service de la Patrie !

medium_Murettes.2.jpg
La réfection des murettes

medium_La-route.jpg
Le sentier conduisant au Mas

medium_31-_Paysage_31-JPG_1.jpg
Vue du littoral depuis le vieux mas

15:00 Publié dans LE VIEUX MAS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le vieux mas

La fête sacrée des Catalans

Clic sur le triangle vert pour la musique

podcast
medium_Generale_Canigou.jpg
Vue Générale du Massif du Canigou
medium_Canigou.2.jpg
Le "Cambre d'Ase"
vue de la face Est de "Roc d'Aude"
LA FLAMME DU CANIGOU

Chaque année le 22 Juin un groupe de personnes monte au sommet du Canigou pour allumer un feu et le surveiller toute la nuit. Dès que le jour commence, ces personnes descendent du Canigou jusqu’au Castillet de Perpignan  avec la torche qui a allumé le grand feu et qui servira à transmettre la flamme qui allumera les divers feux de Saint-Jean
C’est en 1955 que Francesc Pujades prit l’initiative d’allumer un feu la nuit  du solstice d’été au sommet du Canigou et à partir de celui-ci  allumer tous les feux des villes catalanes comme la flamme du Canigou
Au commencement cette flamme ne parcourait pas un grand trajet mais peu à peu au fur et à mesure que les années passaient, cette flamme arrivait chaque fois dans plus de villes de Catalogne Nord et de de Catalogne Sud.
La flamme du Canigou est une expression du sentiment populaire. La fête de Saint-Jean est pour tous les Catalans un signe d’identité, dont la langue Catalane est le moteur.


UNE TRADITION  IMPORTANTE
LA FETE DE LA SAINT-GEORGES (SANT-JORDI)

En Catalogne Sud, on fête le jour du livre. C’est l’anniversaire de la mort  du célèbre  écrivain Miguel de Cervantès . La légende de Sant-Jordi traite d’un dragon qui veut manger toutes les filles de la ville. Sant Jordi était un chevalier. Un jour le dragon, allait manger la princesse, Sant Jordi tue le dragon et du sang du dragon, naît une rose que le jeune homme offre à sa princesse ;
Le 23 Avril, en Catalogne, les hommes  offrent une rose aux femmes et les femmes offrent un livre aux hommes.
medium_Dragon.jpg

medium_Collioure_2.2.jpg
A COLLIOURE ET A TOUTES LES ASSOCIATIONS DE COLLIOURE

Mon Pays, c'est COLLIOURE
Du Cap Gros à la plage de l'Ouille
De Madeloc à la Massane
Admirez la mer et les montagnes
Collioure, c'est son église et son clocher
Saint-Vincent, le phare et sa jetée
Qui défient les ans et la Méditerranée
C'est aussi son Chateau, Saint-Elme, les Dominicains
Qui nous régale de ses meilleurs vins
Beaucoup nous envient ces fleurons
Sans oublier l'Hermitage de Consolation
Collioure, c'est ce vieux pêcheur buriné par le vent
Qui raconte avec nostalgie, la pêche et les bateaux d'antan
C'est ce vigneron qui, tous les jours
Travaille sa vigne avec amour
C'est toutes ces associations dévouées
Qui sont les poumons de notre cité
Et c'est aussi cet étranger
Qui est venu chez nous habiter
Il  a aimé comme nous notre Pays
Qu'i y soit donc bien accueilli
Et moi, j'aime évidemment ce beau Pays
COLLIOURE, j'y suis né et j'y vis
Et je veux y mourir aussi
Et, si, je l'espère, je vais un jour au Paradis
Je n'oubierai jamais mon Pays
Je me serai seulement endormi
Francis Cruchandeu - 5 Janvier 1998
1523080134.jpg
La Place forte de Villefranche de Conflent
Vauban.jpg
panoramastmartinsl8.jpg
La Magnifique Abbaye de Saint-Martin du Canigou
2° vue village.jpg
Le très beau village de Corsavy

08:30 Publié dans CANIGOU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canigou

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu